POLE CAGNES SUR MER

04 97 10 07 10
Hippodrome - 2 Bd Kennedy

POLE SAINT-LAURENT DU VAR

04 93 14 07 65
386 route de la Baronne

Cas cliniques Dentisterie

KC4 - Kyste salivaire zygomatique

Tuméfaction infra orbitaire chez un Shi-Tzu de 4 ans.

Un chien est présenté en consultation pour évaluation d’une tuméfaction fluctuante infra orbitaire et localisée en regard du maxillaire droit. L’animal présente une condition normale et localement aucune lésion cutanée n’est relevée. L’examen vigile de la cavité buccale ne révèle aucune anomalie.
Un premier traitement médical (antibiothérapie per os) est suivi d’une réduction temporaire de la masse le temps de la prescription. Un second traitement chirurgical (extraction « simple » de la carnassière maxillaire) n’a pas apporté l’amélioration espérée. Un troisième traitement médical (antibiothérapie) prescrit depuis 3 semaines est associé à une persistance de la tuméfaction, sous une forme modérée.

Quel sont vos hypothèses diagnostiques ?

Une tuméfaction faciale fluctuante peut être l’expression d’un phlegmon, d’une lymphadénopathie, d’un sialocoele ou d’une tumeur.
Un phlegmon facial est d’origine post traumatique (morsure, choc, corps étranger) ou dentaire. L’absence de fistulisation cutanée et buccale notable sont peu en faveur du développement d’un phlegmon. Le ganglion facial est localisé en partie latérale du maxillaire et ne se retrouve que chez seulement 20 % des chiens. Le sialocoele zygomatique est généralement associé à une exophtalmie. Le jeune âge et l’état général du chien ne sont pas en faveur du développement d’une tumeur sous jacente.

Quel sont les examens complémentaires recommandés ?

Un examen radiographie intra oral est prescrit en première intention afin de vérifier l’absence d’une ostéomyélite localisée à l’apex des dents PM4 et M1 maxillaires droites. On recherchera de même une fistulisation intra orale de la muqueuse buccale.
L’absence d’image radiographique significative, et l’absence de lésions buccales concomitante à une ostéomyélite maxillaire conduit à la prescription d’un scanner.

On observe une lacune osseuse (partie temporale de l’os zygomatique) occupée par une structure à contenu liquidien et parois épaisse en contact étroit avec la glande salivaire zygomatique. Les examen d’imagerie n’étant pas à même de différentier la nature exacte du processus inflammatoire en cours, une biopsie incision est programmée. L'aspect histologique du tissu prélevé est compatible avec une portion de la paroi fibrosée d'un kyste ayant pu dériver notamment d'un canal salivaire, compte tenu de la présence focale d'un revêtement épithélial stratifié pavimenteux.

Peut on avancer un pronostic thérapeutique?

Le traitement proposé est essentiellement chirurgical.
L’excision du kyste et de la glande salivaire zygomatique in toto doit apporter une guérison complète.
Aucune contre indication fonctionnelle n’existe à l’excision d’une ou de plusieurs glandes salivaires majeures.

Chirurgie de la Glande salivaire zygomatique

Un abord intra oral est préféré ici au regard de la conformation maxillofaciale particulière du Shi-Tzu. Un lambeau muqueux est élevé sous la forme d'un trapèze au dessus de PM4 et disatlement au contact du masséter recouvrant le processus coronoïde en sa partie rostrale. Une attention particulière est apportée à la localisation des papilles salivaires continuités des glandes zygomatiques et parotidienne.
Après dissection dans l’espace sous ptérygoïdien on localise le tissu salivaire sous la forme d’une glande à priori remaniée et d’un tissu kystique adjacent.

La muqueuse est suturée en 2 plans

Un contrôle scanner est proposé à 1 an afin d’apprécier toute forme de récidive. L’évolution d’une lésion similaire sur la glande controlatérale est aussi évoquée au regard d'une lecture attentive du Scanner.