+33 04 97 10 07 10 Lun-Ven: 9.00 - 19.00 - Sam: 9:00 - 17:00

AzurVet a lu pour vous 009/22 : néoformations orales du chien et du chat : utilité de la cytologie

Par Benoit Rannou, DipECVP & ECVCP, spécialiste en biologie clinique.

Néoformations orales du chien et du chat : utilité de la cytologie

L’examen cytologique est un outil de diagnostic peu invasif, utilisé quotidiennement (et souvent en première intention) en médecine des animaux de compagnie.

Les masses de la cavité orale sont souvent observées chez le chien et le chat lors d’une consultation dans la pratique clinique. Celles-ci, de localisation variable à l’intérieur de la gueule, peuvent être bénignes ou malignes.

Une étude publiée en 2014 a évalué la fiabilité de l’examen cytologique et sa corrélation avec les résultats histopathologiques en 114 cas de masses orales de chiens et chats. Trois techniques de prélèvement ont été évaluées : cytoponction à l’aiguille fine sans aspiration, cytoponction à l’aiguille fine avec aspiration, et calque (apposition de pièce d’exérèse après chirurgie sur une lame).

Sur les 114 cas, 16 échantillons sont exclus en raison de prélèvement insuffisamment cellulaire pour l’examen cytologique (hypocellularité, hémodilution, nécrose. Sur les 96 échantillons restants, 81 proviennent de processus tumoraux [67 processus malins et 15 processus bénins] et 15 de processus non tumoraux.

Cette étude a montré une incidence majeure du carcinome épidermoïde [23, dont 9 chiens et 14 chats] et du mélanome [22, dont 21 chiens et 1 chat]. Huit tumeurs à cellules fusiformes indifférenciées [7 chiens et 1 chat], 5 kératoacanthomes [chiens], 4 lymphomes [2 chiens et 2 chats], 3 améloblastomes [chiens], 3 fibromes odontogeniques [chiens], 2 adénocarcinomes [1 chien et 1 chat], 2 fibrosarcomes [chiens], 2 tumeurs à cellules plasmocytaires [chiens] correspondent aux autres tumeurs principalement rencontrées.

L’étude a montré une très bonne corrélation entre l’analyse cytologique et l’analyse histopathologique pour les lésions tumorales et non tumorales, avec une bonne sensibilité et une bonne spécificité pour les trois méthodes cytologiques sans et avec aspiration [environ >94 % — 98 % respectivement].

En conclusion, les masses de la cavité orale sont souvent observées chez le chien et le chat, avec une prévalence majeure du mélanome malin chez le chien et du carcinome épidermoïde chez le chat. L’examen cytologique apparaît être un outil diagnostique de première ligne intéressant pour déterminer la nature des néoformations orales du chien et du chat. C’est un examen peu invasif, rapide qui ne nécessite pas forcément d’anesthésie.

Bonfanti U, Bertazzolo W, Gracis M, Roccabianca P, Romanelli G, Palermo G, et al. 205(2):322-7. The Veterinary Journal. Aug 2015.

Photo_1_copie.jpeg

Photo 1 : Carcinome épidermoïde. Chat. MGG x50

Photo_2.jpeg

Photo : Mélanome buccal. Chien. MGG x100

blue
dark
green
red