+33 04 97 10 07 10 Lun-Ven: 9.00 - 19.00 - Sam: 9:00 - 17:00

FAQ Imagerie

Comment se déroule votre visite au Centre AzurVet ?

Votre animal doit être consulté par un spécialiste et éventuellement passer un examen complémentaire (IRM / scanner / échographie / endoscopie) ou bénéficier d'une chirurgie.

Les échographies sont la plupart du temps réalisées sans tranquilisation sauf si l'animal n'est pas coopératif. L'examen dure entre 30 min et 1h. Il doit être à jeun (12H minimum pour la nourriture, 1h minimum pour l'eau).

Certains examens sont réalisés sous tranquilisation, d'autres sous anesthésie générale, car l’animal ne doit pas bouger pendant la durée de l’examen. De ce fait, il est important que vous nous ameniez votre animal à jeun le jour de l’examen (supprimez la nourriture 12h minimum avant l’heure du rendez-vous et ne donnez pas à boire moins d'une heure avant la visite). Si vous devez lui administrer des médicaments, une toute petite quantité de nourriture peut être utilisée (genre "Vache qui rit"). Vérifiez auprès de votre vétérinaire si les médicaments en questions doivent être donnés le jour de l'examen.

L’anesthésie générale dure de 15 minutes pour une radiographie à plusieurs heures pour des chirurgies complexes. Les animaux qui doivent bénéficier d'examen d'imagerie complexe (scanner / IRM) ou qui sont examinés par un consultant avec examens complémentaires ensuite (IRM / endoscopie) ont RDV le matin entre 8h30 et 10h30 et sont rendus en fin de journée à partir de 16h. Une surveillance per et post anesthésique rigoureuse est nécessaire ce qui explique ces délais. 

À l'issue de l'examen un compte-rendu vous est remis, une copie numérique étant adressée à votre vétérinaire traitant. Les résultats des examens sont discutés avec le consultant qui a examiné votre animal. Si l'animal a bénéficié d'un examen d'imagerie en "direct" sans consultation préalable, nous discutons en direct avec votre vétérinaires des options possibles.

 

Comment se déroule une échographie de l'abdomen ?

 

Votre animal doit passer une échographie de l'abdomen. Cet examen se déroule dans nos locaux, sur rendez-vous.

Il est habituellement préférable qu'il n'ait pas mangé depuis au moins 12 heures. En revanche vous pouvez lui laisser à boire à volonté jusqu'à une heure avant le RDV. Si vous devez lui administrer les éventuels médicaments, une toute petite boulette de nourriture peut être utilisée. Vérifiez auprès de votre vétérinaire si les médicaments en questions doivent être donnés le jour de l'examen.

L'examen nécessite la tonte du ventre. En effet, les poils gênent la réalisation des images d'échographie. Ne vous inquiétez pas, les poils repousseront en un à deux mois. En général, l'examen ne nécessite pas d'anesthésie ; vous assistez généralement à l'examen et aidez à tenir votre animal couché dans un coussin confortable sur son dos. L'examen dure environ 30 minutes ; pour la totalité du rendez-vous comptez 45 minutes.

À l'issue de l'examen un compte-rendu vous est remis pour votre vétérinaire.

Une anesthésie est parfois nécessaire pour réaliser un examen de qualité notamment chez certains chats peu coopératifs : une anesthésie de très courte durée au masque est alors réalisée, le risque pour l’animal étant très limité.

 

Comment se déroule une échographie du cœur ?

 

Votre animal doit passer une échographie du cœur. Cet examen se déroule dans nos locaux, sur rendez-vous.

Il n'est pas nécessaire de le laisser à jeun. L'examen se déroulant en votre présence ; l'animal reste sur ses quatre pattes, et on tond simplement une petite zone sous ses deux pattes avant. L’examen dure environ 20 minutes ; pour la totalité du rendez-vous comptez une demi-heure. Votre vétérinaire a peut-être prescrit un examen Doppler. Cet examen est intégré à l'examen échographique du cœur.

À l'issue de l'examen un compte-rendu vous est remis pour votre vétérinaire.

 

La durée habituelle des anesthésies et leur risque

 

Certains examens sont réalisés sous tranquilisation, d'autres sous anesthésie générale, car l’animal ne doit pas bouger pendant la durée de l’examen. De ce fait, il est important que vous nous ameniez votre animal à jeun le jour de l’examen (supprimez la nourriture 12h minimum avant l’heure du rendez-vous et ne donnez pas à boire moins d'une heure avant la visite). Si vous devez lui administrer des médicaments, une toute petite quantité de nourriture peut être utilisée (genre "Vache qui rit"). Vérifiez auprès de votre vétérinaire si les médicaments en questions doivent être donnés le jour de l'examen.

L’anesthésie générale dure de 15 minutes pour une radiographie à plusieurs heures pour des chirurgies complexes. Les animaux qui doivent bénéficier d'examen d'imagerie complexe (scanner / IRM) ou qui sont examinés par un consultant avec examens complémentaires ensuite (IRM / endoscopie) ont RDV le matin entre 8h30 et 10h30 et sont rendus en fin de journée à partir de 16h. Une surveillance per et post anesthésique rigoureuse est nécessaire ce qui explique ces délais. 

Une anesthésie générale ne présente jamais un risque « zéro ». En revanche, si toutes les précautions médicales sont prises, la survenue d'un accident reste exceptionnelle. En toutes circonstances, votre animal anesthésié est sous la surveillance d'un personnel qualifié. De même, il est surveillé durant toute sa phase de réveil.

La découverte d'un souffle cardiaque, par votre vétérinaire ou lors de l'examen pré-anesthésique, peut conduire à devoir réaliser d'autres examens avant l'anesthésie : une échographie du cœur ou une radiographie du thorax peuvent notamment être nécessaires. En cas de doute, n'hésitez pas à demander à votre vétérinaire la confirmation que votre animal ne présente pas de risque particulier à l'anesthésie.

 


FAQ Neurologie

Qu’est-ce que l’épilepsie ?

 

On emploie le terme d’épilepsie lorsqu’un animal souffre de crises d’épilepsie récurrentes. L’origine de ces crises est très variée puisque trois formes d’épilepsie existent :

- épilepsie réactive : elle fait suite à un dysfonctionnement métabolique (hypoglycémie, insuffisance hépatique par exemple) ou à l’ingestion d’un produit toxique.
- épilepsie secondaire : elle résulte d’une affection cérébrale (méningo-encéphalite, tumeur, malformation, traumatisme, accident vasculaire cérébral – AVC…). Il s’agit de la forme d’épilepsie la plus fréquente chez le chat.
- épilepsie primaire (ou idiopathique ou essentielle).

Si votre chien souffre d’épilepsie, un ou plusieurs examens complémentaires sont nécessaires au diagnostic et sont décidés à l’issue de la consultation de neurologie :

- examens sanguins (par votre vétérinaire traitant)
- examen d’imagerie du cerveau (scanner ou IRM)
- ponction du LCR
- >échographie abdominale…

 

Qu’est-ce qu’une crise d’épilepsie ?

 

Une crise d’épilepsie est un événement corporel anormal paroxystique (d’apparition brutale et de courte durée) secondaire à une hyperactivité d’un ou plusieurs groupes de neurones dans le cerveau. Certaines affections peuvent mimer des crises d’épilepsie : syncopes (cardiopathies…), douleurs cervicales intenses, narcolepsie, maladies du mouvement, stéréotypies… La description détaillée des crises par le propriétaire est primordiale mais la consultation de neurologie est toujours simplifiée si un enregistrement vidéo d’une ou plusieurs crises est amené.

Les crises d’épilepsie s’expriment de manière très variée. Les plus fréquentes sont les crises convulsives généralisées : chute sur le côté, extension des membres et/ou pédalage, altération de la conscience, salivation excessive. Fréquemment, l’animal urine ou défèque pendant la crise. D’autres crises ou signes sont plus rares : contractions d’un membre ou de la face, comportement agressif ou répété… Une crise d’épilepsie dure quelques secondes à 3 minutes en général puis est suivie d’une période de « récupération » pouvant durer quelques minutes à plusieurs heures : déambulation, cécité, appétit important, anxiété (vocalises) sont souvent constatés. Puis l’animal redevient normal.

Pendant une crise d’épilepsie « classique » votre animal n’encourt aucun risque vital (arrêt cardiaque ou respiratoire) et aucune séquelle cérébrale n’est observée. Vous devez laisser votre animal au sol, l’écarter d’une zone dangereuse (escalier, mur) et le laisser au calme (baisser la lumière, limiter tous les  bruits). Il est inutile de tirer sur sa langue car il n’existe pas de risque qu’il l’avale et vous risquez de vous faire mordre. Rarement certains animaux présentent des crises répétées (plusieurs en quelques heures) ou bien une crise continue (status epilepticus). Si la crise continue plus de 5 minutes ou en cas de crises répétées, une consultation vétérinaire en urgence est indispensable.

 

Qu’est-ce qu’une hernie discale ?

 

Le disque intervertébral est un élément absorbant les chocs et permettant des mouvements limités entre les vertèbres de la colonne. Un disque peut prématurément dégénérer avec l’âge, notamment chez les races de chien à risque (bouledogue, teckel, caniche, beagle, Shih Tzu, Lhassa Apso…). Dans certains cas et dès l’âge de 2 ans, il peut quitter son emplacement normal et ainsi comprimer la moelle épinière, induisant douleurs puis pertes d’équilibre et paralysie dans certains cas.

Lorsque votre chien présente l’un de ces signes, vous devez consulter votre vétérinaire rapidement, en urgence si une paralysie s’installe. Une consultation de neurologie aide à localiser l’origine de la paralysie (moelle épinière, système neuromusculaire) puis à choisir le ou les examens complémentaires nécessaires. Lors de suspicion de hernie discale, seul un examen d’imagerie avancé (scanner notamment) permet le diagnostic.

Le traitement chirurgical est nécessaire dès que des déficits neurologiques sont présents car le taux de récupération est supérieur à celui obtenu avec un traitement médical. Le pronostic est bon dans la plupart des cas notamment si le chien est traité rapidement. Plusieurs hernies discales surviennent rarement chez certains chiens. La hernie discale est exceptionnelle chez le chat.

 

Que faire suite à une chirurgie pour hernie discale ?

 

Un animal souffrant de douleurs ou paralysé suite à une hernie discale nécessite des soins et une convalescence pendant plusieurs semaines. Ces soins sont la continuité de la chirurgie et leur respect est la meilleure garantie pour une récupération la plus complète possible. Au fil des jours, une garantie d’une récupération doit être constatée (motricité, équilibre, absence de douleur, appétit normal).

Un traitement médical à base d’anti-inflammatoires est nécessaire 5 à 7 jours pour limiter la douleur post-opératoire (liée à l’intervention elle-même) et celle induite jusqu’alors par la hernie discale (ordonnance et délivrance par votre vétérinaire). Des antalgiques ne sont pas nécessaires, la douleur étant modérée et disparaissant rapidement après l’intervention.

Le repos est primordial pendant les 2 mois suivant l’intervention car il permet une cicatrisation des tissus opérés (vertèbres, muscles et peau) et autorise à nouveau le bon fonctionnement de la moelle épinière. Pendant toute cette durée, votre animal devra suivre le protocole suivant :

  1. repos strict 4 semaines : repos en cage ou dans une pièce de petite taille, sans marche ou escalier. Sorties (avec harnais et laisse) uniquement pour les besoins 3 à 4 fois par jour. Une sangle ou une serviette devra être passée sous le ventre pour le soutenir en cas de paralysie non ambulatoire
  2. repos partiel 4 semaines : repos dans la maison, sans marche ou escalier. Sorties uniquement en laisse, 3 à 4 fois par jour en augmentant progressivement la durée des balades (5 minutes la 5ème semaine / 10 minutes la 6ème semaine / 15 minutes la 7ème semaine / 20 minutes la 8ème semaine).

Chez les chiens avec paralysie non ambulatoire (incapables de marcher seuls), une physiothérapie doit être effectuée sur chaque membre paralysé (10 minutes 3 fois par jour) en alternant des mouvements de flexion et d’extension. La physiothérapie doit être effectuée jusqu’à ce que le chien soit à nouveau capable de marcher seul. Ces chiens peuvent bénéficier également de séances d’hydrothérapie (centres spécifiques avec piscine pour animaux convalescents). Ces chiens peuvent aussi avoir des difficultés pour uriner. En cas d’incapacité à uriner (pas de miction en 24h), vous devez amener votre chien chez votre vétérinaire pour qu’il l’examine et qu’il effectue un sondage urinaire si nécessaire. Un traitement médical spécifique peut éventuellement y être associé. Après 8 semaines de repos, le retour à une activité normale est possible mais en évitant les escaliers, les sauts (canapé, voiture) et les jeux violents ou intensifs. Un contrôle post-opératoire doit avoir lieu, chez votre vétérinaire, 5 jours après le retour à la maison. Le retrait des fils est à effectuer 15 jours après l’intervention au centre AZURVET (gratuit, rendez-vous nécessaire).

 

Qu’est-ce que l’épilepsie primaire (idiopathique ou essentielle) ?

 

Il s’agit de la forme d’épilepsie la plus fréquente chez le chien. Attention : un animal souffrant de crises d’épilepsie est épileptique mais il existe d’autres causes que l’épilepsie primaire (réactive, secondaire).

Chez le chien, de nombreuses prédispositions raciales (plus de 100) ont été observées, certaines d’entre elles ayant une origine génétique prouvée. L’épilepsie primaire se manifeste le plus souvent entre 6 mois et 6 ans par des crises d’épilepsie dont la fréquence tend à augmenter avec le temps, le chien restant normal entre les crises.

Des examens complémentaires doivent être décidés à l’issue de la consultation de neurologie afin d’exclure les autres causes d’épilepsie. Un traitement est nécessaire dès que les crises se répètent (plus de 2 crises par an). Un chien a le plus souvent une qualité de vie et une espérance de vie normales, les effets secondaires d’un traitement à vie étant limités.

L’épilepsie idiopathique est plus rare mais possible chez le chat.

 

blue
dark
green
red